Rédigé par Gabriel
Aucun commentaire

Gratuit

Pourquoi ApPigraphe est gratuit?

Parce que nous croyons qu’il est important d’aider les plus vulnérables de notre société et que si le Québec est aussi « fou de ses enfants » qu’il le dit, il est grand temps que tout un chacun s’implique à offrir des solutions sans gruger les minces ressources dans les poches des familles d'enfants à besoins particuliers qui sont déjà lourdement sollicitées par le coût des rapports de professionnels, équipements spécialisés, traitements au privé faute d’accès au public, etc.

Écrire un commentaire

Quelle est le cinquième caractère du mot vcet7l ?

Fil RSS des commentaires de cet article

Fil RSS des articles

Au Canada, 94 000 des 155 000 enfants handicapés, soit six enfants sur dix, ont besoin d’une aide spécialisée. Environ la moitié d’entre eux ne reçoivent pas toute l’aide dont ils ont besoin. Le coût de ces aides spécialisées est souvent un obstacle à leurs achats, d’autant plus que, dans bien des cas, les parents n’ont pas de programme d’assurance pour les couvrir. Dans un tiers des cas, les parents d’enfants handicapés ont également besoin d’aide. 70% des parents d’enfants handicapés ou gravements handicapés ne reçoivent pas toute l’aide dont ils ont besoin pour diverses raisons. Pour sept parents sur dix, le coût est la principale raison.

Les parents de 84 000 enfants reconnaissent que l’état de leur(s) enfant(s) influe sur la situation de travail de la famille. Dans de nombreux cas, un ou plusieurs membres de la famille sont contraints de réduire leurs heures de travail, de modifier leur horaire ou de refuser une promotion. Sept familles sur dix vivant avec un enfant handicapé se retrouvent dans cette situation. Celles-ci vivent avec seulement 88% du revenu comparé avec des familles ayant des enfants non handicapés. En outre, le quart des ménages vivant avec un enfant handicapé vit avec un revenu inférieur à 30 000$ par an, ce qui représente 25% des familles canadiennes vivant avec un enfant handicapé.

Selon Statistique Canada, le nombre de personnes handicapées augmente. Et les tout-petits ne sont pas épargnés, en particulier en ce qui concerne les troubles d'apprentissage, qui constituent désormais la forme de handicap la plus répandue chez les enfants d'âge scolaire. Selon une étude publiée à l'occasion de la Journée internationale des personnes handicapées, cette réalité frappe le cœur des familles.

Le Conseil de la famille a fait une étude qui montre comment un handicap physique ou intellectuel peut affaiblir de manière permanente l’unité de la famille. Les soins physiques, les exercices de stimulation et de nombreux rendez-vous médicaux sont en effet une tâche exigeante, en plus des soucis d’avoir un enfant qui ne ressemble pas aux autres. Ajoutez à cela la torture des listes d’attente et la difficulté d’avoir accès à des ressources de répit et vous obtenez un cocktail explosif.

Selon le ministère de la famille, le portrait EHDAA en 2015-2016.

Élèves handicapés et/ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (20%) sur 957 882 élèves du primaire et du secondaire
C'est 20% des 442 459 bambins de 0-5 ans qui risquent d'être handicapés et/ou en difficulté d'apprentissage ou d’adaptation à l’école...
C'est seulement 3% des 252 202 bambins fréquentant un service de garde qui reçoivent une allocation pour l’intégration d’un enfant handicapé.
. Nombre approximatif d'enfants, bambins, parents, intervenants, éducateurs, professeurs... qu'ApPigraphe peut aider
Source : https://www.mfa.gouv.qc.ca/

Enfin prêt à essayer ApPigraphe !

Cliquez ici pour recevoir le mot de passe d'ApPigraphe!


Statistiques depuis le 28 janvier 2020:
  • Total des pages vues : 295404
  • Pages vues aujourd'hui : 57
  • Visteur connecté : 4
  • Nombres de visiteurs : 294549
  • Total articles : 34