:

Rédigé par ApPigraphe
Aucun commentaire

Lien entre les retards ou troubles de développement du langage et les étapes du développement cognitif et social de votre enfant

Dans mon dernier devoir du cours Développement cognitif et social de l’enfance (ORT-1001) de l’université Laval  que j’ai fait cette automne, j’ai été très fière de mon résultat. J’ai obtenu la note parfaite de 100 % (OMG!!!). Mais au-delà de la fierté que m’a apportée cette note, c’est l’envie de vous partager ce que j’ai appris durant ce cours et ces notions qui m’aident grandement à adapter les plans d’interventions ApPiGraphe de mes trésors. Il y a un dicton qui dit « si tu ne sais pas où tu vas, regarde d’où tu viens » et avant d’envisager un plan d’actions pour des troubles ou retards de langage (le langage est l’un des troubles d’apprentissage le plus courant avec une prévalence de 1 personne sur 14!) je crois qu’il est important pour nous, les parents, de faire un retour en arrière dans nos souvenirs, bien avant que notre trésor n’ait prononcé son tout premier mot, pour tenter de trouver la meilleure approche pour l’aider.

Parce que parfois il est bon de prendre un peu de recul pour se donner un meilleur élan.

Alors, selon vous, quels sont le lien entre les retards ou troubles de développement du langage et les étapes du développement cognitif et social de votre enfant?



Prenons par exemple la permanence de l’objet;


Si tout va normalement, cette aptitude débute autour de 4 mois (le bambin fixera du regard l’endroit d’où l’objet est disparu) et sera acquise complètement à l’âge de 2 ans (il cherchera activement l’objet disparu en adoptant une bonne stratégie de recherche), c’est cette fonction cognitive qui permet aux bambins de chercher un objet que l’on cache à sa vue. Advenant le cas où, lorsque l’on joue à cacher un objet avec notre tout petit il ne cherche pas l’objet caché, il risque fort d’éprouver des difficultés dans ses fonctions symboliques.


Qu’est-ce que les fonctions symboliques?


C’est ce qui permet de distinguer le signifiant (le mot) et le signifié (l’objet). Le précurseur du développement de cette fonction est le fait que si l’enfant cherche l’objet caché, il est conscient que l’objet existe même s’il ne le voit pas. C’est pour cette raison qu’il aime tant jouer à coucou avec vous, car il se représente dans sa tête votre visage de mieux en mieux même quand il ne le voit pas. Chercher l’objet caché, c’est la preuve qu’il est capable de se le représenter mentalement sans le voir. Tandis que celui qui ne parvient pas à se représenter mentalement l’objet caché ne sera pas en mesure de se représenter la signification d’un mot et de faire le lien avec l’objet que le mot désigne. Car pour lui l’objet qu’il ne voit pas n’existe pas dans sa tête. Le mot n’est que du son, il ne symbolise rien.

Cette difficulté, qui nuit à la représentation mentale de l’objet lorsqu’un mot est utilisé pour l’identifier, prédit un impact négatif sur le développement de la compréhension de mot ainsi que sur l’acquisition des compétences de base en lecture et écriture (identification de mots écrits).


L’attention conjointe


Une autre étape du développement cognitif de la petite enfant qui est primordial au développement du langage est l’aptitude de l’attention conjointe, qui est la capacité d’attirer le regard de son parent vers un élément externe ou encore la capacité de regarder dans la direction que son parent lui montre. Cette aptitude se développe normalement durant la première année de l’enfant. Si l’enfant n’acquiert pas l’habileté suivante entre 12 et 18 mois, qui est celle de pointer du doigt (difficulté souvent remarquée chez les enfants autistes par exemple) il risque de connaître un retard dans sa compréhension et sa production verbales des mots.


Pointage


Pourquoi? Parce que le pointage lui sert à faire nommer ce qu’il pointe et regarde, c’est grâce à l’attention conjointe et le pointage qu’il parvient à attirer le regarde de l’autre sur cet objet qu’il veut être capable de désigner par un mot. Tandis que s’il ne pointe pas, il réduira considérablement les interactions avec son interlocuteur.


L’interaction


Sachant que la principale stimulation à l’apprentissage d’une langue est la présence d’une personne qui parle à l’enfant, que sans interaction (admettons qu’on fait jouer un vidéo de la personne, mais qu’elle n’est pas dans la même pièce que l’enfant pour interagir avec lui) ce dernier n’apprendra pas le langage. C’est l’interaction le principal moteur d’apprentissage du langage.

Donc, l’absence d’attention conjointe et du pointage impactent négativement l’interaction/dialogue entre l’enfant et son interlocuteur et c’est pourquoi cette difficulté prédit des troubles d’apprentissage du langage verbal.



Quoi faire?


Il n’y a pas de recette magique lorsque de tels « bogues » du développement surviennent. Consulter, le plus tôt possible, est la meilleur option. 

Ceci dit, il faut parfois revenir à la base et stimuler le pointage, l’attention conjointe, la permanence de l’objet et l’interaction. Et admettons que vous remarquez que votre bambin de 1 an ne cherche pas du regard l’objet que vous cacher à sa vue, ne vous découragez pas, pour certain cette aptitude prendra plus de temps à se développer, mais plus on joue à cache-cache, plus il comprendra le but du jeu, et finira probablement par atteindre l’étape de développement suivante qu’est le pointage.

Vous pouvez aussi faire le jeu inverse, cacher son regard et démontrer votre surprise de le voir quand vous découvrez son regard. Pour nous, c’est ce qui a le mieux fonctionné, mieux que le langage des signes et les pictogrammes qui étaient trop abstraits pour notre trésor qui n’avait pas acquis la permanence de l’object. En exagérant démesurément notre expression faciale de surprise, nous avons attiré son regard, il est en quelque sorte « sorti de sa bulle », nous l’avons fait rire et l’interaction a enfin pu débuter.

Sans compter que l’on sait que 93 % de la communication est non verbale, être capable de décoder les expressions faciales quand on a un trouble de langage, c’est très utile pour notre trésor. Et je peux vous dire qu’il est devenu expert dans cette aptitude de compensation.

Et vous, parent d’un enfant ayant un trouble ou un retard de langage, comment était le développement de l’attention conjointe, de la permanence de l’objet, du pointage et de l’interaction de votre enfant quand il était bébé? Avez-vous remarqué des particularités qui pourraient expliquer ses difficultés actuelles?

Écrire un commentaire

Quelle est le troisième caractère du mot tdc45e ?

Le langage est l’un des troubles d’apprentissage le plus courant avec une prévalence de 1 personne sur 14! Les troubles du langage sont souvent associés à certaines comorbidités, telles que le TDAH, la dyslexie, les troubles moteurs, les troubles de la coordination du développement, les troubles de la parole ou les problèmes émotionnels. Il y a beaucoup de discussions sur le chevauchement du TDL avec le TSA léger (Bishop, 2008). De nombreux enfants n'ont pas les difficultés sociales associées au TSA, mais certains souffrent d'autisme léger. Il existe cependant une différence marquée dans l’assistance offerte aux enfants diagnostic de TSA par rapport à ceux diagnostiqués avec TDL, qui persiste à l'âge adulte, où la dyslexie et le TSA sont des handicaps reconnus, alors qu'il y a très peu de reconnaissance du TDL. En savoir plus

La communication non verbale englobe ce qui suit :
- Ton de la voix
- Débit et volume de la voix
- Articulation des mots
- Rythme, intonation et accent mis sur les mots
- Expression du visage
- Intensité du contact visuel établi
- Gestuelle et toucher
- Langage corporel et position

  • Permanence de l’objet : débute à 4 mois (est surpris, fixe du regarde l’endroit où l’objet caché était), acquise à 2 ans (utilise une stratégie de recherche de l’objet)
  • Attention conjointe : Débute autour de 6 mois (tourne la tête vers une cible unique), acquise autour de 2 ans (mais ne comprends pas encore que son point de vue n’est pas le même que celui de l’autre, compréhension qu’il aura autour de 5-6 ans).
  • Pointage : 12 mois (veut dire : donne-moi ça), 18 mois (veut dire : nomme-moi ça) et 24 mois (veut dire : regarde ça!)
  • Interaction : 1.5 mois; sourire social, 8 mois; peur des étrangers, 12 mois; rire d’une blague/surprise et mimétisme

Selon le ministère de la famille, le portrait EHDAA en 2015-2016.

Élèves handicapés et/ou en difficulté d'adaptation ou d'apprentissage (20%) sur 957 882 élèves du primaire et du secondaire
C'est 20% des 442 459 bambins de 0-5 ans qui risquent d'être handicapés et/ou en difficulté d'apprentissage ou d’adaptation à l’école...
C'est seulement 3% des 252 202 bambins fréquentant un service de garde qui reçoivent une allocation pour l’intégration d’un enfant handicapé.
. Nombre approximatif d'enfants, bambins, parents, intervenants, éducateurs, professeurs... qu'ApPigraphe peut aider
Source : https://www.mfa.gouv.qc.ca/

Enfin prêt à essayer ApPigraphe !

Nous demandons quelques informations de base (nom, titre, courriel...) qui nous permettront d'adapter l'application selon vos besoins et de vous contacter pour vous informer des nouveautés (sans dépasser 1 envoi par mois). De plus en vous abonnant dès maintenant, vous vous assurez d'avoir accès à la version gratuite d'ApPigraphe. Faite vite, cette offre de lancement ne durera pas éternellement. N.B. Vous pourrez vous désabonner en tout temps et nous respectons La Loi canadienne antipourriel (LCAP).

Cliquez ici pour recevoir le mot de passe d'ApPigraphe!

Historique ApPigraphe

  • 2022 : Lancement de l'interface clé en main proposant outils et services de tutorat, interventions et accompagnement : recre.appigraphe.com.
  • 2020 : Lancement de l'ApPigraphe pour adulte. Impression de cartes professionnelles. Ajout d'icônes, adaptation format d'icônes sur mobile et correction dans les textes explicatifs de l'application.
  • 2019 : Lancement du vidéo tutoriel. Ajout d'une barre de menu de liens rapides - 6 étapes (version ordinateur). Préparation vidéo tutoriel (bientôt disponible) et ajout d'icônes d'interventions en cas de dépression (sensibilisation au suicide). Lancement de la version bêta. Ouverture du compte Twitter. Ajout des liens de partages. Création groupe privé Facebook. . Ajout de la page "Facteurs de risques et protections" dans l'application. Automatisation de l'inscription. Prélancement auprès des testeurs. Vidéo sur YouTube. Enregistrement IDDN


Statistiques depuis le 28 janvier 2020:
  • Total des pages vues : 162172
  • Pages vues aujourd'hui : 215
  • Visteur connecté : 5
  • Nombres de visiteurs : 161956
  • Total articles : 59